Embassy of Algeria , Tokyo, Japan

Embassy of Algeria, Tokyo, Japan

home | press release

Home Contact us Print

Algérie-Japon: Une page de l'histoire qui reste à écrire

Dr. Mohamed Meziane

2009.02.03 | Tokyo

"A des siècles ou à des millénaires d'intervalle, la flamme repasse là où elle a brillé jadis. (Fernand Braudel)"

Au Japon, beaucoup d'intellectuels se sont saisis de la question colonialiste, en particulier lors de la guerre d'Algérie. Parmi eux, ceux qui se réclament toujours des valeurs de Novembre et qui n'en sont pas à leur coup d'essai. Ils affichent encore un anticolonialisme total en ce sens qu'ils ont rejeté le systèe colonialiste dans ses fondements. Tel est le sens de cette contribution qui constitue l'ossature du récit que je voudrais réserver à une partie de l'intelligentsia nipponne, pour tenter de pénétrer son rôe de soutien à l'Algérie combattante.

Si le Japon demeure bien un partenaire éonomique important de l'Algéie, le soutien moral de certains de ses fils durant la guerre de libération est par contre peu connu.

C'est plus exactement à l'occasion de la célébration du 54e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er novembre 1954 et de la prochaine célébration de l'anniversaire de l'empereur Akihito et de la fête nationale du Japon le 23 décembre que je ressens le besoin d'évoquer cette histoire commune, qui unit dans l'amitié le Japon et l'Algérie.

C'est suivant l'occurrence d'un tel souhait que l'ambassadeur Shin Watanabe racontait que ce devoir d'écrire cette page a été un vœx exprimé avant son décès, par Nokuma Utsunomiya, qui a été à la fois le président de l'Association Japon - Algérie et l'Ami sincère de notre pays. En hommage à son action, l'ancien ambassadeur d'Algérie à Tokyo, M. Abdelmalek Benhabyles, avait écrit une longue évocation, intitulée "La mort d'un des derniers compagnons de voyage", parue en septembre 2000, sur les colonnes du journal Algérien "La Nouvelle République". Abderrahmane Kiouane a cité de son coté dans son livre "Les débuts d'une diplomatie de guerre" (1956-1962), quelques exemples de l'engagement politique de Nokuma Utsunomiya. Dans ce registre, il y a lieu de noter aussi les deux articles, intitulés "Les 50 ans de l'Algérie" et "La guerre d'Algérie a un demi-sièle", publiés par le Japonais Tanigushi Susumu, respectivement dans "Yomiuri choken quaterly" et la revue trimestrielle "The Arab". Cette histoire commune est un sujet partiellement connu, certes, mais constamment renouvelé. Si ses facettes sont multiples, beaucoup d'éléments restent encore ménonnus. Si j'ai évoqué longuement, dans un article consacré à Susumi Tanigushi, des faits historiques assez lointains ayant traité l'apport de l'intelligentsia nipponne à la lutte du peuple Algérien pour l'indépendance, c'est parce qu'ils sont à la base des principaux liens relatifs au sentiment assez général des Japonais vis-à-vis de l'Algéie, que j'aimerais qualifier de "respectueux". En analysant la littérature historique, on peut dire que l'histoire du Japon et de l'Algéie a été avare de cet épisode glorieux, qui est révélateur de l'engagement de ces hommes de justice, dont l'enseignement peut éclairer le sens de l'histoire. Ce qui est important dans cette optique, c'est que les historiens et autres experts aient à leur disposition les témoignages d'acteurs japonais et Algériens, encore vivants, plus ou moins connaisseurs du travail de la représentation du FLN à Tokyo, de la lutte de libération nationale au plan diplomatique; ces professionnels pourront alors, en s'appuyant sur les documents et, si c'est possible, les archives auxquels l'accès est aisé au fur et à mesure reconstituer une histoire du FLN à Tokyo qui donne à l'intelligentsia Japonaise toute la place qu'elle mérite.

Au moins dix Japonais sont particulièrement connus pour leur apport moral considérable è la représentation du FLN au Japon. Il s'agit de Nokuma Utsunomiya (député LDP, fondateur de la société Minofaguen), de Tokutaro Kitamura (députéLDP, ancien ministre des Finances et président de la banque commerciale Shinwadont), de MM. Michihiko Suzuki, de Yukitatsu Kato et Susumo Taniguchi, qui formaient les réeau du FLN à Tokyo, repréenté notamment de Choaib Taleb, Moustapha Neggadi, Abdelmalek Benhabiles, Abderrahmane Kiouane.

Le déouté socialiste Kanjyu Kato, ancien ministre du Travail, et membre de l'Association japonaise de l'Afrique du Nord, plus connue sous le nom plus populaire de "l'Association japonaise du Maghreb" (AJM), née spécialement pour soutenir l'Algérie combattante, Tokusaburo Dan, journaliste-érrivain, organisateur inlassable du mouvement en faveur des mouvements de libération nationale, qui était à l'époque secrétaire général du comité japonais de la solidaritv afro-asiatique, Nagano Kunisuke, président de l'AJM et avocat très connu, ont participé tous à maintes actions de sensibilisation en faveur du FLN.

On pourrait également citer Asaya Foujita, l'auteur de la piè:ce de théatre "L'ombre du soleil" et d'une autre pièce intitulée "La Question", qui a été puisée du livre portant le méme titre d'Henri Alleg, de Yoshiyuki Fukuda, un autre dramaturge, auteur d'une pièce de théatre sur la lutte de libéation Algéienne intitulée "Nous allons plus loin", dont la manifestation de leurs souvenirs témoigne de leur engagement sans faille en faveur des causes justes et à l'infaillibilité des rôles de conduite, auxquelles nous sommes sensibles. Un éminent penseur disait autrefois: "Nous entrons dans l'avenir à reculons". Ce qui est important dans l'esprit de cette citation, c'est le sens de l'engagement de ces hommes, un sens riche de justice, de solidarité et d'amitiés. Sans céder 6agrave; l'apparat ou aux grandiloquences qui, pourtant, ne dépareilleraient pas la solennité de l'évèement, force est de constater que ces hommes, et bien d'autres, ont eu à réagir, et nombre d'entre eux ont apporté leur appui effectif, en dépit de l'ampleur des problèmes intérieurs qui les absorbaient.

S'il fallait penser les relations entre le Japon et l'Algérie, alors pourquoi ne pas commencer par revisiter cette histoire, faite par ces hommes de bonne volonté Il s'agit de permettre l'amorce d'un véritable travail historique, en y faisant se conjoindre remarques d'experts et témoignages des acteurs, créant ainsi une symbiose entre "historiens et historiographes". Cette démarche est é analyser en plusieurs termes. En ce qui concerne l'évolution du mouvement national, elle indique quelle a été la place occupée par le FLN à Tokyo dans la lutte diplomatique : l'historien rassemble les documents, voire les archives et les témoignages, présente les faits, souligne les enjeux de l'époque. En ce qui concerne la dimension historiographique, elle indique, par le biais des témoignages des acteurs, japonais et algériens, encore vivants, la manière dont a été con$ccedil;ue l'action militante et vécue cette période, en pariant sur l'investissement des acteurs dans la connaissance de la lutte diplomatique que mena le FLN et les orientations dominantes à l'époque au Japon, pourvu que cet investissement soit défini et précisé Plusieurs témoignages soulignent que la délégation du FLN à Tokyo était écouté avec beaucoup d'intérét et les assurances de sympathie pour la cause Algéienne étaient la rè:gle dominante. Aujourd'hui encore, trop souvent, l'évocation de la guerre d'indépendance Algérienne et les retrouvailles avec les amis de l'Algéie prennent plus d'intensité émotionnelle, quand il s'agit de citer le travail de ceux qui, directement ou de loin, avaient aidé à la réussite de la mission de la délégation du FLN à Tokyo.

Et c'est préisèment pour leur rendre hommage que je désire ardemment que cette page glorieuse de l'histoire de nos amis japonais soit connue, et qu'elle sert de prérequis pour l'avenir.

Plus fondamentalement, la prise de conscience de cette histoire commune, de sa dimension, de l'importance qu'elle va revêtir dans notre devenir, devraient co&iemul;ncider avec le devoir pédagogique de l'histoire, qui ne peut que donner aux esprits éclairés quelques-unes des clefs indispensables pour aborder une nouvelle èe, celle où voulaient nous conduire les compagnons de Nokuma Utsunomiya.

About Us | Contact Us | ©2008 The Embassy of Algeria, Tokyo, Japan. All rights reserved.